2017

Novembre 2017 à Janvier 2018

La réserve ornithologique de la Grande Noé vous souhaite une très bonne année 2018 à tous ses usagers et à tous les visiteurs de ce site internet.

Des travaux d’embellissement de la réserve sont en cours grâce aux équipes des espaces verts de la base de loisirs de Lery-Poses en Normandie. En effet, les chemins ont été élargis, l’accès aux fauteuils roulants a été restructuré et les observatoires doivent recevoir un coup de jeunes dans les semaines à venir. Malheureusement, la prolifération actuelle des sangliers sur la réserve et ses alentours saccage les travaux déjà engagés. De plus l’afflux de cyclistes sur des chemins normalement piétonniers n’aide pas non plus.

Les migrateurs ne sont pas nombreux cette année. Nous avons pu constater cependant l’invasion de plusieurs espèces plus ou moins exceptionnelles partout en Normandie. En effet, tarin des aulnes, grobec cassenoyaux, mésange noire, sizerin cabaret sont facilement visibles cet hiver.

Un pélican frisé était visible sur la boucle de Poses depuis quelques mois, mais suite à une mission du parc zoologique Biotropica, celui-ci a été capturé et sera renvoyé dans son parc zoologique d’origine en Hollande.

Focus sur le sizerin cabaret :

Petit passereau agile, il se suspend aux plus fins rameaux des bouleaux et aulnes. Autrefois vu comme une sous-espèce du sizerin flammé, il niche de la Scandinavie jusqu’au Canada.

C’est essentiellement un oiseau granivore. Il mesure jusqu’à 15 cm et peut peser jusqu’à 16 grammes. C’est un oiseau coloré, son dos est brun grisâtre, la gorge et le ventre sont rosés, son sommet de crâne est rouge.

Il est grégaire, en groupe parfois de quelques dizaines d’individus.

photo Christian Gérard

Focus sur le gros-bec cassenoyaux

C’est un gros passereau corpulent d’une vingtaine de centimètre. Il a un énorme bec triangulaire avec un cou épais et une queue assez courte. C’est un oiseau assez méfiant au comportement erratique. Son vol est puissant. Il peut vivre jusqu’à 10 ans.

On le trouve dans toute l’Europe même parfois au Maghreb.

 

Août à octobre 2017

Courant août, peu de limicoles ont été vu sur l’ensemble de la boucle du fait que depuis plusieurs années le niveau de l’eau est maintenu élevé sur le lac des 2 amants pour favoriser l’activité sportive qui s’y pratique.

3 chantiers ont eu lieu au cours de ces derniers mois. Les deux jours consacrés au chantier des adhérents ont été écourté par manque de participants le dimanche. Un grand merci à l’équipe du samedi pour le travail effectué. Les travaux habituels d’entretien ont consisté à arracher les orties, chardons, jeunes arbustes mais aussi à continuer les activités de terrassement destinées à créer une mare centrale sur un des ilots. Il s’agissait de l’approfondir pour que le fond soit en dessous du niveau du lac et qu’elle se remplisse par percolation. Des graviers ont aussi été déposés afin de faire une digue pour protéger les oiseaux des vents dominants en hiver.

Simultanément, les radeaux à sternes ont été ramenés au bord de la ballastière et dans l’après-midi, le travail a consisté à démanteler un vieux radeau resté en bordure du lac et réparer les 2 radeaux à sternes utilisés cette année à l’aide d’éléments récupérés sur le vieux radeau.

2 autres chantiers ont eu lieu grâce à l’EPIDE de Val de Reuil :

  • Début Septembre, les jeunes ont déblayés les arbres devant les observatoires pour améliorer en la visibilité ;
  • Le second chantier a permis de faire les travaux similaires à ceux du mois d’août sur le deuxième ilot.
    IMG_0423.jpg
     

     

Tous ces activités de gestion n’auraient bien sûr pas pu avoir lieu sans le prêt d’un bateau par la base de loisirs de Lery-Poses en Normandie.

 

Au niveau des observations ornithologiques, cet automne, aucun balbuzard pêcheur n’a été vu sur la boucle de Poses et les mouettes mélanocéphales et sternes pierregarin sont repartis vers leurs zones d’hivernage dans des contrées plus chaudes.

Les premiers garrots à œil d’or et oies cendrées sont arrivés à la mi-octobre et les effectifs d’anatidés devraient grossir dans les jours à venir : nous commençons à avoir un bon nombre de canards souchet et siffleur ainsi que des sarcelles d’hiver.

Actuellement un pélican frisé a été vu à trois reprises sur la réserve et semble naviguer entre le marais du Hode et la région parisienne.

22181567_10155651211708632_4092334508131083608_o.jpg
 

Si vous voulez découvrir la réserve et la boucle de Poses en général, n’oubliez pas de vous inscrire au stage du 2 et 3 décembre. Pour 27 Euros vous aurez la présence du garde, le logement en gite, l’entrée à volonté sur la base de loisirs. L’inscription se fait auprès du garde au 06 07 27 97 89 ou grande.noe@gonm.org.

A la demi journée et gratuitement, Il reste 2 animations les samedis 4 Novembre et 16 décembre à 10h, RDV au parking.

 

Mai à Juillet 2017

Samedi 10 juin après-midi, le Groupe ornithologique normand et la Base régionale de plein air et de loisirs de Léry-Poses ont fêté les 30 ans de la réserve de la Grande Noé à Poses. C’est en présence d’élus locaux, de représentants de la base, mais aussi des représentants des entreprises Cemex et Lafarge et de nombreux adhérents du GONm, que le président du GONm, Gérard Debout, puis celui de la Base, Jean-Philippe Brun, ont rappelé dans quelles circonstances la réserve avait été créée et ont salué la réussite éclatante de cette réserve qui est devenu un des hauts-lieux ornithologiques normands.

19396688_1217694788360133_4008151480295510806_n.jpg
 

Devant le beau spectacle de la colonie de grand cormoran puis devant les radeaux mis à l’eau ce printemps, les personnes présentes ont pu observer de nombreux oiseaux nicheurs. Sur les radeaux et sur une des îles, en particulier, l’impressionnante colonie de mouettes avec de nombreux poussins a été longuement observée depuis les observatoires avec force longues-vues et jumelles. Plusieurs espèces très rares se reproduisent sur cette réserve parmi lesquelles on peut citer la mouette mélanocéphale, la sterne pierregarin, le grèbe à cou noir, le blongios nain, … : l’importance patrimoniale de la réserve est très grande.

Cet anniversaire a permis à certains de nos adhérents de découvrir ce bel espace d’une richesse si particulière. Ils ont pu constater que des aménagements particuliers permettent l’observation mais aussi l’installation de certaines espèces en toute tranquillité.

Mars / Avril 2017

La sterne pierregarin niche à la Grande Noé, c’est d’ailleurs la plus grosse colonie normande.

_A7A7209.jpg
 

Les radeaux en place devenus vétustes et risquant de couler à tout instant, nous avons travaillé depuis deux ans à leur remplacement. Cet hiver, ce projet s’est concrétisé et, à son retour, nos belles « hirondelles de mer » vont pouvoir profiter de deux radeaux flambant neufs pour y élever leurs jeunes d’avril à septembre.

Durant l’hiver, les élèves du lycée horticole d’Évreux en ont construit un tandis que le service menuiserie de la base de loisirs en recyclait un autre issu du festival Lands’ art.

À la mi-Mars, quelques bénévoles de l’Eure, 2 salariés du GONm et 3 du secteur espaces verts de la base de loisirs de Lery-Poses-en-Normandie se sont retrouvés sur la réserve pour leurs mises à l’eau. Le « Lands ‘art », d’une tonne, a pu être acheminé au bord de l’eau à l’aide d’un tractopelle et à l’extrême précision du salarié conducteur d’engins.

IMG_0025.jpg
 

 

 

IMG_0027.jpg
 

Après, notre mission a consisté à regrouper les radeaux temporairement face à l’observatoire aux mouettes afin de nous faciliter la tâche pour leur mise en place définitive (il ne fallait pas les mettre trop tôt en place de façon à éviter que les mouettes ne s’y installent avant l’arrivée des sternes).

Le positionnement définitif et l’aménagement de chaque radeau (pose de graviers, de caches) a eu lieu tout début avril et a nécessité l’intervention d’une main d’œuvre importante : en plus des 2 salariés du GONm, L’Épide (centre de réinsertion professionnel de Val de Reuil) est donc venu nous prêter main forte.

DSCF2103.jpg
 

 

 

DSCF2102.jpg
 

Tout cela n’aurait pas pu avoir lieu sans le prêt du bateau et le concours de la base de loisirs de Lery-Poses-en-Normandie, du lycée horticole d’Évreux et de l’Épide. Merci à tous pour leur fidélité et leur engagement à nos côtés.

Espérons que les sternes, reconnaissantes, s’installeront en nombre !

 

Janvier / Février 2017

Dans nos contrées, le pygargue à queue blanche, qui est de la famille des aigles, impressionne par sa grande taille et son aspect corpulent. Il ne passe donc pas inaperçu.

Espèce occasionnelle en France il a attiré beaucoup d’ornithologues en bordure du lac de Poses.

Oiseau sombre avec seulement le bout de la queue blanche, il a le bec jaune. Le juvénile lui est entièrement sombre, queue et bec compris. Il prendra l’aspect de ses parents progressivement durant ses 5 années d’immaturité. Les jeunes sont erratiques alors que les adultes sont sédentaires. Donc il n’est pas étonnant que l'oiseau qui est présent depuis au moins un mois sur la boucle de Poses et qui vient dormir certains soirs sur la réserve dans le dortoir à cormorans soit un immature âgé de 2 ou 3 ans.

Son vol est lourd , un peu comme celui des vautours.

Aigle pêcheur par excellence, il voit les poissons par transparence dans les eaux calmes. A Poses, avec des températures extrêmes de -11°C, le lac étant partiellement gelé, il a fait des entorses à son régime alimentaires en se nourrissant majoritairement de foulques macroules attrapées sans aucune difficulté.

Extrait de l'atlas des oiseaux nicheurs de France métropolitaine (Nidal ISSA et Yves MULLER, Delachaux et Niestlé-2015):

"La population européenne de Pygargue à queue blanche, en forte progression dans les années 1990 et 2000 grâce aux nombreux programmes de conservation et/ou de réintroduction, n' est pas considérée menacée. Les effectifs européens ont ainsi été multipliés par deux en une décennie, passant de 5000-6600 couples au début des années 2000 à 9000-11000 en 2008. Ils se distinguent grossièrement en deux grandes populations, la principale au nord (Scandinavie, Allemagne, Pologne et Russie) et l'autre au sud-est du continent (pays du bassin du Danube)."

_A7A1874.jpg
 

Le coup de froid de fin Janvier / début février, avec des températures descendant jusqu’à 11 C a provoqué le gel complet de toute la réserve et d’une partie de la boucle de Poses avec plusieurs de gel sans dégel a vidé la réserve de ces habitants.

 

Les grands cormorans eux commencent à arborer leurs parures nuptiales avant de séduire leur conjoint et de commencer leur reproduction sous peu.

 

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://grande-noe.gonm.org/index.php?trackback/20

Haut de page